ORGANISONS LE RASSEMBLEMENT DE LA VRAIE DROITE

Publié le

Par Jean-François Touzé, conseiller régional d'Ile de France

L’actuel débat sur la nécessaire réintégration complète de la France dans l’Otan témoigne, s’il en était besoin, de l’étendue de la confusion qui règne à droite dans les cœurs, les esprits et les âmes.

D’autres signes nous sont donnés de cet obscurcissement par la cacophonie qui règne au sein du parti majoritaire sur des dossiers aussi essentiels que le bouclier fiscal, l’ISF, la réforme territoriale et des institutions, celle des universités, l'immigration, les réponses à apporter à la multiplication des scènes de violences urbaines... la liste serait longue.

Face à une gauche qui se reconstruit peu à peu et à une extrême gauche de plus en plus radicalisée qui ne cesse de gagner des points dans une opinion publique désemparée, la droite française n’existe plus en tant que telle, vitrifiée par l’existence d’une UMP dominatrice mais, à vrai dire, bien peu sure d’elle.

Toutes les études montrent que les électeurs de droite séduits en avril 2007 par Nicolas Sarkozy se détournent peu à peu de celui qu’ils avaient alors élus pour opérer la rupture et répondre enfin à leurs attentes après tant d'années de consensus mou et de reculades.

Dans ces conditions, le risque grandit de voir en 2012 celui ou celle qui portera les couleurs de la gauche élu  en quelque sorte par défaut. En 1981 c’est l’éparpillement de la droite et la guerre de tranchées à laquelle s’était livrée le parti chiraquien contre Giscard qui permit l’élection de Mitterrand. En 2012, c’est l’abstention de l’électorat de droite qui pourrait bien produire le même effet.
Nous sommes de ceux qui pensent que la France ne peut pas se payer le luxe d’une nouvelle expérience socialiste qui, cette fois, se déroulerait, dans la tension croissante que ne manquerait pas d’exercer le parti d’Olivier Besancenot, tandis que demeurerait en permanence suspendue au dessus de nos têtes l’épée de Damoclès d’un conflit social lourd, en même temps que d’une explosion des banlieues, le tout pouvant mener à une véritable guerre civile.
Tout doit donc être fait pour que se rassemble enfin  la vraie droite de conviction sans laquelle nous allons assister en trois ans à la chronique d’un échec programmé.

Ce rassemblement doit se faire à partir de valeurs et de principes forts.

Ces principes ils sont communs à toutes les femmes et tous les hommes de droite: la reconnaissance de notre appartenance à la famille occidentale ; notre attachement à une société de libertés individuelles, économiques et collectives ; notre volonté d’afficher un patriotisme qui refuse l’enfermement nationaliste ; notre choix de la république et de la démocratie ; notre foi dans la civilisation judéo-chrétienne et dans les éléments  constitutifs de nos identités nationales; notre défense intransigeante de la cellule familiale; notre engagement en faveur de la cohésion  et de l'équité sociales; notre refus du racisme et de l’antisémitisme ; notre souhait de voir se construire l'Europe dans la cohérence avec la nécessaire solidarité atlantique.

C’est à la création d’un rassemblement conservateur capable de s’inscrire dans une démarche majoritaire et donc alliançable mais à partir de convictions fortes et affirmées, que nous devons travailler.

Il serait vain et illusoire de penser que l’initiative puisse en revenir à ceux qui n’ont pas su, alors que bien des regards se tournaient vers eux, répondre à l'attente et à la nécessité. Ils sont nombreux en effet qui, au fil des ans, furent en quelque sorte les rois virtuels que cherchaient les grenouilles. Madelin, Villiers, Millon, Dupont Aignan. Certains se sont éloignés. D’autres ont sombré dans le n’importe quoi. Il suffit pour s’en convaincre de se référer aux prises de position de Villiers ou Dupont Aignan sur la question de l'OTAN. Ceux là ne servent que la division  et la confusion. C'est à dire, au final, la gauche.

Nous devons, nous aussi, opérer une rupture avec ces rêves qui ne mènent nulle part.

Nous sommes, croyez le, beaucoup plus nombreux que nous ne le pensons parfois. De nombreuses personnalités de talent s’expriment par des tribunes ou sur internet. Des dizaines de milliers de sympathisants potentiels attendent que nous nous organisions.
Il me semble, en conséquence, que le moment est venu d’entreprendre des consultations et d’organiser les rencontres nécessaires.

L’heure n’est plus aux ambitions individuelles. L’humilité et le sens du bien commun doivent être notre ligne de conduite.

Notre ambition collective doit, en revanche être totale.

Rencontrons-nous. Parlons-nous.Travaillons ensemble. Elaborons un calendrier. Unissons-nous. Créons ensemble les conditions d'une grande alliance de la droite de convictions

Le moment est vraiment venu.

La vraie droite doit se faire entendre et s’imposer. Vite. Très vite!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article