MORT D'UN RESISTANT

Publié le

Par Jean-François Touzé, président de la Nouvelle Droite Républicaine, conseiller régional d'Île-de-France

Grand écrivain français, défenseur inlassable de notre langue, Maurice Druon qui vient de s’éteindre était aussi un patriote et un éternel résistant, que ce soit face à l'invasion allemande lors des combats héroïques des cadets de Saumur, face à l’occupant et à la barbarie nazie, face à la décadence de notre civilisation ou, ministre de la Culture de Georges Pompidou, face à la subversion communiste et aux gauchistes qui « tendaient d’une main la sébille et tenaient de l’autre le cocktail Molotov ».

Avec lui, l’Académie perd une de ses figures les plus illustres parce qu’emblématiques de la vraie exception française, celle de la langue, de la culture, de l’équilibre des mots, des formes et de la pensée.
La France perd l’auteur d’un Chant des Partisans  venu du fond de notre âme nationale, chant de la liberté, de l'espoir et de la volonté de de battre sans jamais renoncer.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article