MODERNISER LA JUSTICE FRANCAISE

Publié le

Jean-François Touzé, Président de la Nouvelle Droite Républicaine et Conseiller régional d’Ile-de-France se félicite des conclusions du rapport Léger sur la réforme de la justice pénale. Il se réjouit, en particulier, de la recommandation exprimée dans ce rapport de supprimer le juge d’instruction. Il faut, en effet en finir avec les pouvoirs exorbitants donnés à un homme dont on sait que le devoir qui lui est fait d’instruire à charge et à décharge relève le plus souvent du mythe et qui concentre aujourd’hui entre ses mains le  double pouvoir d’enquêteur et de juge.
Comme dans la plupart des grandes démocraties, les enquêtes doivent se faire sous la direction du Parquet, lui-même continuant d’être  hiérarchiquement placé sous l’autorité du Garde des Sceaux afin que celui-ci puisse définir une politique pénale unifiée sur l’ensemble du territoire, tandis que la mise en accusation et le pouvoir d’incarcération préventive doivent être confiés à une instance du siège.

Le président de la République qui s’est déjà prononcé en faveur d’une telle réforme tient entre se mains une occasion historique de faire entrer la justice Française dans un cercle vertueux et démocratique ou les droits de chacun pourront être sauvegardés.

Commenter cet article