LEVI-STRAUSS: LA NEGATION DE L'OCCIDENT

Publié le

Par Jean-François Touzé, porte parole de l'ALLIANCE POUR LES LIBERTES

Dans le grand concert de louanges convenues qui entoure la disparition de Claude Levi-Strauss, nous ferons entendre une note dissonante.
Parce qu’il fut le chantre d’une haine  viscérale de l’occident, parce que le structuralisme ne fut rien d’autre qu’un relativisme absolu conduisant à la détestation de soi, à la négation de la spécificité judéo-chrétienne et au refus de la Civilisation pour ne reconnaitre que LES civilisations, parce que son culte de l « altérité»  renvoie aux pires théories différencialistes, parce que sa vision d’ une équanimité historique l’amena à tenir des propos inacceptables et odieux (qui pour tout autre que lui, auraient été passibles des tribunaux) sur la Shoah et le nazisme considérés comme une péripétie cyclique,  nous rejetons Levi-Strauss et les errements qui ont marqué une « œuvre » dont il n’est pas étonnant qu’elle soit aujourd’hui saluée aussi bien par l’extrême droite la plus radicale que par l’extrême gauche altermondialiste.

 

link

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article