REFUSER TOUT RETOUR AU SOCIALISME

Publié le


Communiqué de Jean-François Touzé, Conseiller régional d'Ile-de-France,
Président de la Nouvelle Droite Républicaine

A situation exceptionnelle, solutions exceptionnelles. Nul ne saurait donc reprocher à Nicolas Sarkozy son volontarisme, en particulier européen, dans la gestion de la crise financière et économique.

Pour autant, en faisant appel aux recettes les plus éculées du dirigisme étatique et du socialisme, comme les emplois aidés par exemple, le Président de la République renoue avec les errements d’un passé que l’on espérait révolu.

Dans son discours de Toulon, il y a quelques semaines, Nicolas Sarkozy rappelait que, sauf à s’engager dans la voie collectiviste que la montée d’un Besancenot et la radicalisation de certains éléments du PS remettent au goût du jour, il n’existait pas d’alternative au capitalisme dont seules les dérives devaient être condamnées et combattues dans leurs effets.
La NDR formule le vœu que le gouvernement ne cède pas à la facilité du seul traitement social des conséquences de l’effondrement financier

Les promesses de réforme doivent être tenues, et bien au-delà, pour que la France s’engage, au-delà de la crise qui finira par s’éteindre, sur la voie de la rupture définitive avec le socialisme, ses pompes et ses mauvaises œuvres.

Il est temps pour la vraie droite de conviction, conservatrice et patriote, de s’organiser afin de créer le rapport de force indispensable à la mise en œuvre d’une politique ambitieuse de renouveau national et républicain.

Commenter cet article